la Glace, la Glisse, la Passion

Actualités Accompagner la vie associative des clubs : un enjeu pour la fédération

Accompagner la vie associative des clubs : un enjeu pour la fédération

Actualités

Forte de valeurs telles que le Respect, la Tolérance, le Partage, l’Éthique et la Convivialité, la Fédération, dans le cadre de son projet, souhaite accompagner la vie associative afin que le sport puisse contribuer à jouer un rôle dans l’éducation et le vivre ensemble.

En valorisant les clubs pouvant proposer une pratique adaptée à des publics diversifiés, et en incitant ceux-ci à améliorer la dimension conviviale pour renforcer l’accueil des pratiquants, la Fédération s’inscrit dans une démarche co-construite avec les Ligues qui soutiennent et encouragent les projets des structures.

Tout comme 82 autres Fédérations à ce jour, la fédération s’est par ailleurs engagée auprès du Ministère à mettre en place un plan national « Citoyens du sport ».
Ce plan rappelle la place et le rôle essentiel du sport « parce que par le sport, dès le plus jeune âge, chacun fait l’expérience concrète des valeurs de solidarité, d’entraide et de tolérance? mais aussi de l’effort, du dépassement de soi. »
Ainsi, en renforçant l’accès à la pratique sportive des jeunes qui en sont le plus éloignés et en leur permettant une pratique éducative, régulière et encadrée au sein des clubs sportifs, ce programme favorise l’éducation des plus jeunes et contribue à la mixité sociale et de genre.

Martine ROBERT, responsable du suivi du plan fédéral auprès du ministère précise :
« Nous devons être conscients que les moyens tant humains que logistiques de nos structures locales ne sont pas extensibles. Si nous voulons que nos clubs s’inscrivent dans cette dynamique éducative, il nous faut nous appuyer sur les actions déjà mises en place dans les clubs. L’intérêt est notamment de pouvoir repérer celles qui sont mises en œuvre localement dans ce sens et qui sont, sans aucun doute, transférables.
La campagne de labellisation a d’ailleurs démontré que les clubs n’avaient pas attendu la déclinaison du plan national et proposaient d’ores et déjà des actions répondant aux dimensions du plan citoyen.
Soucieux de l’accueil de tous, ils mettent en place des activités adaptées selon les besoins de chacun.»

Chaque personne souhaitant développer un projet dans ce sens pourra trouver des ressources au sein des formations conduites par la Fédération. Des modules de sensibilisation seront proposés à l’attention des dirigeants, juges et arbitres.
Les éducateurs et entraineurs pourront, quant à eux, mieux appréhender la spécificité de leur mission d’accompagnement des publics à travers les contenus de formations portant sur les enjeux de la transmission des valeurs éducatives du sport inscrits dans les filières fédérales et d’état.

La formation, vectrice de changements fondamentaux d’attitudes, de comportements et de certaines pratiques déviantes est, à ce titre, un véritable levier d’action.

Les expériences et témoignages qui suivent mettent en évidence l’engagement des clubs dans le développement de la dimension associative à travers la pratique d’activités traditionnelles ou innovantes.

Au club de Short-track de Reims, le président, Ghislain Gass, répond aux questions de Rémi Jacquemard, référent territorial sur la région Alsace, Lorraine, Champagne –Ardennes.

image002

Vous évoquez une approche de votre discipline pour le plus grand nombre ainsi qu’une envie de favoriser la création d’emplois en faveur de personnes issues des Quartiers « Politique de la Ville » (QPV). Il y a chez vous cette volonté de développer la pratique du Short Track auprès d’un public issu des quartiers défavorisés, pouvez-vous nous décrire votre structure en quelques mots ?
Notre patinoire d’entraînement se trouve à proximité d’un quartier « sensible ». Elle est réservée aux clubs et aux écoles. L’encadrement des entraînements est assuré par des bénévoles, titulaires du tronc commun, brevets d’initiateurs fédéraux et passionnés en attente de formation spécifique.

Quelle serait pour vous votre définition du sport Citoyen ?
Un sport pour tous, sans « étiquettes » regroupant diverses populations qui à la base, ne pourraient pas se rencontrer ni partager une action volontaire.

Quelles sont les actions que le club met en place pour le développement du sport Citoyen ?
Le club entretient régulièrement de bonnes relations avec les services de la ville permettant un accompagnement des plus démunis. Des mails sont régulièrement envoyés avec des informations sur les horaires d’entraînement pendant les vacances et des photos des bénéficiaires.
Le simulateur de patinage est également un outil pour « délocaliser » la patinoire dans différents centres et maisons de quartiers.
Dès que la ville propose des activités hors cadre du club, comme tenir un stand lors du « Run in » Reims ou réaliser des démonstrations sur la patinoire de Noël, nous répondons toujours présents dans la mesure du possible.

Selon vous, qu’est-ce que ces actions permettent d’apporter au club, aux adhérents, aux entraineurs?
Cette volonté de partage permet une ouverture d’esprit aux patineurs qui s’entraînent avec un public parfois éloigné de leur quotidien. Les personnes « défavorisées »  se trouvent valorisées en fonction de leurs efforts sur la glace.

Dans le cadre de l’emploi et de l’encadrement des jeunes sportifs comment envisagez-vous l’embauche de personne en QPV ?
Le trop peu d’heures d’entraînement reste un véritable frein à l’embauche.

Quelles relations avez-vous avec vos partenaires dans le cadre de cette politique sportive citoyenne ? Comment avez-vous mis en place ces relations ?
Au début, de nombreuses invitations restaient sans réponse, mais à force de messages répétés et d’actions réussies, la confiance s’est installée.
Ce sont des relations simples avec des invitations régulières à la glisse ; pas de grands discours ni promesses : juste des actions dès lors qu’il nous est possible de les mener.image017

Comment envisagez-vous l’avenir de votre club et ce en rapport avec le développement du sport citoyen ?
Dans la continuité de ce que nous faisons actuellement, avec des actions faisables et non irréalisables. Évidemment, un salarié ne pourrait que développer notre action et faire découvrir ce sport pour tous.


L’action en quelques chiffres

  • Le club accueille 79 licenciés
  • 10 patineurs licenciés proviennent de 7 QPV de la ville
  • Une action est mise en œuvre chaque mois en faveur du public cible

Les contributions financières : une subvention du CNDS pour les actions menées auprès du public en situation de handicap. La ville de Reims accorde la plus grosse subvention pour favoriser l’accueil en club des jeunes issus des QPV. Certains jeunes bénéficient d’une aide directe de la collectivité et peuvent ainsi s’inscrire auprès d’un club pour la somme de 5 euros. Ainsi, ce sont 8 jeunes patineurs du club qui se sont vus attribuer cette aide à ce jour.


Irma BARDOUX, présidente du Club de Rennes Danse Sur Glace témoigne de  l’expérience mise en œuvre par sa structure depuis près de 10 ans .

L’association RDPG (Rennes Danse et Patinage sur Glace) est créée depuis 1989. q
Le club compte à ce jour près de 180 adhérents. Nous proposons plusieurs activités : club (enfants de 3 à 15 ans), loisirs (adolescents de 15 à 19 ans), adultes (plus de 20 ans), compétiteurs en solo ou en couple (national ou inter-régional), Patinage synchronisé et Freestyle.
Notre adhérent le plus âgé a fêté ses 66 ans, le plus jeune a à peine 4 ans.

Nous accueillons, par ailleurs, durant un trimestre et demi, des enfants choisis par le médiateur d’Espacil (organisme inscrit dans le champ de l’économie sociale et solidaire, pour faciliter l’accès ou le maintien dans le logement), sur notre quartier afin de permettre à des enfants qui n’ont pas accès au sport de découvrir le patinage.

Ce partenariat a un double objectif :

  • Permettre à des enfants de s’inscrire dans la dynamique de pratique d’un sport en club, d’apprendre la technique, d’évaluer les progrès et de faire une démonstration dans le cadre de gala, voire de participer à de petites compétitions loisirs.
  • Accueillir des petites filles ou jeunes filles, qui ont au moins dans notre quartier, encore moins accès au sport que les garçons.

Chaque année, ce sont donc une dizaine de jeunes qui découvrent la joie de la danse sur glace. Cette année, ils ont participé de manière active et ont présenté un numéro au Gala de Noël, ce qui a permis aux parents de voir les progrès de leurs enfants.

La saison prochaine, nous fêterons les dix ans de ce partenariat. Nous réfléchissons à proposer un accueil encore plus important et innoverons pour une intégration complète au niveau du club. Ces patineurs seront partis prenante dans le programme du Gala de fin d’année.

Ils sont accompagnés par l’entraîneur du club et des initiateurs et sont intégrés dans les groupes. Tous les enfants, leurs familles sont enchantées, certains reviendraient chaque année si cela était possible ! Comme pour les autres adhérents, un passage de médailles est organisé à la fin de la saison.
Un des initiateurs est issu de ce programme. Devant son enthousiasme, ses parents l’ont inscrit dans les cours et maintenant qu’il a grandi, il vient bénévolement aider en encadrement.

Leur saison s’est terminée par un repas organisé par Espacil en partenariat avec le Lion’s club. Une maman avait cuisiné le repas.

z

Murielle AUDEMARD ( Deux fois championne de France en Short Track, Vice-championne d’Europe du 500M, 4ème au 3000 relais, 5ème aux JO d’Albertville et Vice-championne d’Europe du relais 3000M) présidente du Club de Glace de l’Amicale Laïque d’Echirolles (CGALE) évoque  les spécificités du fonctionnement de sa structure dans laquelle les parents ont toute leur place et où jeunes et moins jeunes s’entrainent, se soutiennent et progressent ensemble.

Le club est avant tout un espace qui permet de créer du lien social entre les générations, entre des personnes issues de milieux divers qui se retrouvent autour de la pratique du short Track.
Le développement personnel de l’individu est au cœur de nos préoccupations. Avant tout, l’important est que l’enfant puisse s’épanouir et trouver sa voie.

15-ss-cgale-051Pour un enfant pratiquant c’est toute la famille qui est associée au projet. Nous portons à la connaissance des parents le planning du club dès le début de la saison. La communication auprès des familles nous parait essentielle ; elle renforce la cohésion d’équipe.
La famille soutien le projet du club. Afin de limiter la charge financière pour les familles, chacun donne de son temps. Ainsi, les déplacements en compétition se font en minibus et les parents se prêtent au rôle de chauffeur.
Le club prend en charge le déplacement et l’hébergement. Seule la restauration reste à la charge des participants.
L’entraide, le soutien sont pour nous des valeurs essentielles que nous tentons de véhiculer 15-ss-cgale-128au travers d’actions très simples. Les patineurs « experts» ont par exemple la charge d’un débutant pendant une séance pour favoriser la création des liens et permettre que tout le monde se connaissent au sein du club. Chaque enfant est appelé par son prénom.
De plus, chaque adhérent participe à la mise en place de la séance et au rangement. C’est une partie intégrante de la séance. L’équipe de compétition sort et installe le matériel pendant que les plus jeunes les mettent en place. Toutes ces petites choses contribuent à favoriser à mon sens le lien social.


Les conseils de Murielle pour travailler auprès des publics résidant en QPV :
Le premier partenaire étant la commune, il est important de se renseigner auprès de la municipalité. Il faut présenter un projet attrayant  afin de motiver les services des sports des communes. Travailler en concertation en associant les responsables des services des sports, le directeur de patinoire et les éducateurs des clubs. Ainsi, la commune d’Echirolles est fortement engagée dans le sport pour tous les publics. Elle souhaite que chaque enfant puisse découvrir un maximum de disciplines sportives. Tous les clubs sont associés aux projets de la ville en faveur du public « jeunes ».

Durant les petites et les grandes vacances scolaires, le club met à disposition des créneaux pour accueillir les enfants de 6 à 11 ans inscrits dans les dispositifs « sport loisirs » de la commune. Les patins sont mis à disposition par le gestionnaire de la patinoire. Les déplacements sont facilités grâce aux transports en commun. Les activités « découverte »  proposées sont orientées sur le short Track. Pour les 11-13 ans également inscrits dans ce dispositif, les activités évoluent avec deux heures de pratique par journée dont une heure de découverte du Hockey et la réalisation, le dernier jour, d’une compétition de vitesse. Ils ont la possibilité de chausser les patins de vitesse pour constater la différence avec les patins du club.

Les éducateurs de la ville peuvent également s’initier à la pratique durant cette action.
Les jeunes du club (en formation) qui le souhaitent peuvent m’apporter une aide dans l’encadrement. Cela leur donne ainsi une première expérience dans ce domaine.


Comments are closed.