la Glace, la Glisse, la Passion

Actualités Cet hiver, premiers essais pour le bobsleigh des Bleus produit à Marnaz – http://www.lemessager.fr/

Cet hiver, premiers essais pour le bobsleigh des Bleus produit à Marnaz – http://www.lemessager.fr/

Actualités

Après les bons résultats obtenus par l’équipe de France lors de la Coupe America (1er au 14 novembre), les participants au projet « bobsleigh 2018 » ont fait le point mardi 17 novembre sur l’avancée du bobsleigh français en cours de production dans l’usine Bontaz centre de Marnaz.

« Nous avons lancé la fabrication d’un châssis et, en fin d’année ou en début d’année prochaine, nous pourrons faire les premiers essais sur la piste de La Plagne », annonçait Stéphane Perotto, en charge du projet bobsleigh 2018 au sein de Bontaz centre. En attendant, les athlètes de l’équipe de France participent aux compétitions à bord d’un bobsleigh plus classique : « La fédération française de sports de glace a acquis des bobsleighs modernes, c’est ce qui se fait de mieux. Pour l’instant, nous les utilisons en compétition. Mais l’idée, c’est d’utiliser ces machines comme base de travail pour produire un bobsleigh français. Au lieu de partir de zéro, on gagne du temps et de l’argent en ne partant pas de zéro », explique Loïc Costerg, l’un des membres de l’équipe de France qui a obtenu des résultats plus qu’encourageant lors de la Coupe America.

Objectif : JO 2018

En trois courses en bobsleigh à quatre, les Bleus ont obtenu une cinquième place, une deuxième place et une victoire. « Lorsque l’on construit un projet olympique pour 2018, nous avons des étapes sportives incontournables. En travaillant de cette manière, nous pouvons remplir nos objectifs tout en donnant du temps à Bontaz centre. Et chaque bon résultat de notre part renforce encore le projet », note Romain Heinrich, de l’équipe de France. Vice-président du CNOSF, Jean-Pierre Mougin rappelle : « L’objectif, c’est de permettre à un bobsleigh français d’obtenir un podium en 2018. » A noter que l’ensemble du projet suppose un investissement de 1,2 million d’euros dont une part est assumée à travers « l’apport technique » de l’entreprise et par une opération de crowdfunding.

 

Mardi 17 Novembre 2015

http://www.lemessager.fr/

Comments are closed.