la Glace, la Glisse, la Passion

Actualités Le patinage français et le Trophée Bompard, au service de la télévision de demain

Le patinage français et le Trophée Bompard, au service de la télévision de demain

Actualités

La télé du futur s’invite au Trophée Eric Bompard

 

Regarder une compétition de patinage artistique à la télévision comme depuis les gradins de la patinoire, c’est l’objectif du consortium « 4 ever », lancé en 2012. Ces nouvelles technologies de captation et de diffusion, permettront aux chaines de télévision, d’ici 2017, d’améliorer considérablement la qualité de leurs images. Maryline Clare-Charrier, responsable du projet collaboratif nous parle de la télévision de l’avenir.

 

Qu’est-ce que « 4 ever » ?

 

« 4 ever », qui vient de « for Enhanced Video ExpeRience », est une équipe française composée de neuf partenaires industriels et académiques. Le projet est financé en partie par l’Etat français. On identifie les technologies qui pourront permettre d’améliorer la qualité de l’image télévisuelle, puis dans un prochain temps, audiovisuelle. On donne des chiffres, des statistiques pour vérifier l’appréciation et la faisabilité de ces nouvelles technologies.

 

Quel est le but du projet ?

 

On a pour objectif de créer la télévision du futur. Pour cela nous utilisons une nouvelle technologie qui est l’ultra haute définition (UHD-TV). Il y aura deux fois plus de colonnes et deux fois de plus de lignes. Le nombre de pixel est multiplié par quatre (le 4 K). Mais on améliore aussi le rendu des contrastes (c’est le HDR) et le rendu des mouvements (c’est le HFR).

 

Qu’est-ce que cela va changer concrètement au rendu de l’image ?

 

Ce sera comme si le téléspectateur était dans les gradins de la patinoire. Cela permet de mieux suivre le mouvement, qu’il soit moins saccadé et pas flou. Il s’agit aussi d’élargir le champ de possibilités, normalement limité par la capacité des écrans, au niveau de la couleur et du contraste. On pourra alors aussi bien voir des détails dans des zones sombres ou trop éclairées.

 

Ces améliorations vont-elles être visibles par l’œil des téléspectateurs ?

 

Oui. Nous avons déjà commencé à faire des tests subjectifs en demandant aux personnes de noter de 0 à 100 la qualité des images. On peut remarquer qu’ils apprécient vraiment la différence. Certains pensent même que c’est de la 3D. Il y a un sentiment d’immersion très fort.

 

Si cette télévision améliorée se met en place, va-t-il y avoir des changements pour les particuliers et les professionnels ?

 

Oui, il y aura un impact sur toute la chaine de production. De la prise de vidéo avec des caméras HFR qui tournent 100 image/seconde (au lieu de 50 pour la télévision actuelle) et qui ont une plus grande sensibilité, à l’écran de télévision qui doit exploiter ces images supplémentaires et cette plus grande dynamique. Les particuliers devront eux changer de téléviseur. En ce moment, on fait des tests pour être sûre que si le téléspectateur garde une télévision qui n’accepte pas cette technologie, il pourra tout de même bénéficier de la même qualité d’images qu’il a en temps normal.

 

Que faites-vous sur le Trophée Eric Bompard ?

 

On fait des tests. On se sert de grands événements sportifs, comme Roland Garros, pour tester nos nouvelles techniques. Aujourd’hui c’est la première fois qu’on teste la nouvelle caméra HFR. On ne diffuse pas, mais on se met en situation de diffusion. On enregistre les images pour les tester ensuite et les comparer aux images actuelles enregistrées par France télévision.

 

Pourquoi le patinage artistique ?

 

Le patinage artistique est un bon moyen de tester ces nouvelles technologies, car il y a beaucoup de difficultés à filmer ce sport. Les mouvements ne sont pas prévisibles, il y a le reflet sur la glace, l’éclairage, la brillance des costumes. Je pense que ces nouvelles caméras peuvent vraiment améliorer et faciliter la prise de vue des compétitions de patinage artistique.

 

A quand la télé du futur ?

 

Pas avant 2017. Il nous faut le temps de tout normaliser, dans les organismes internationaux, de la meilleure manière possible. Mais on est sûre que dans quelques années ce sera exploitable. Et même les plus réticents suivront la marche, car c’est une avancée pour la télévision. Quand les téléspectateurs s’y mettront, ils ne voudront plus revenir en arrière.

plus d’information sur le site internet de 4ever project

12239682_923760381044577_7926970347291011399_n 12246600_923760344377914_7968778776887426630_n 12249842_923760434377905_4218080695614791615_n 12246762_923760451044570_8708979114984539838_n

Alice Fimbel-Bauer

Comments are closed.